mardi 21 octobre 2008

Le dégroupage

Bien, mais il y a un point important qui est complètement passé sous silence : Un abonné dégroupé a un numéro dans le plan de numérotation pourqu'il puisse être appelé. Il doit aussi pouvoir passer des communications sur le réseau commuté. Où et comment se fait l'accès au réseau commuté ? Il me semble que ce sont des points qui mériteraient d'être traîtés.
Albert Delbouys 21/10/08

3 commentaires:

COLIDRE a dit…

Dans le cadre d'un dégroupage partiel, l'abonné reste client téléphonique de F.T.
Dans le cadre d'un dégroupage total, l'abonné a un nouveau numéro donné par l'exploitant qui a ses propres "autocommutateurs"
Pierre Martrenchar
21/10/0817h38

P.Martrenchar a dit…

J'ai appelé Gérard André qui m'a dit que l'abonné qui a quitté F.T. peut, s'il le demande, garder son numéro. Cela serait réalisable car les numéros des équipements sont indépendants de celui de l'abonné.
Il pense en parler à Patrice Collet lundi prochain.
P.Martrenchar 21/10/08 à 21h40

Collet Patrice a dit…

Bonsoir,
Voici quelques éléments complémentaires relatifs au dégroupage et son impact sur la commutation.
Tout d’abord, il faut distinguer le cas du dégroupage partiel du cas du dégroupage total : dans le premier cas, le client conserve le service téléphonique de FT et ne souscrit chez un concurrent que l’accès aux services haut débit : un filtre est alors placé sur sa ligne pour séparer la bande basse qui reste connectée à l’équipement d’abonné au central, de la bande haute qui est renvoyée vers le DSLAM du FAI concurrent. Dans le second cas c’est la paire de cuivre du client qui est directement renvoyée vers les équipements du FAI concurrent (via câble de renvoi entre RG et répartiteur de dégroupage). Dans ce deuxième cas, il n’y a en principe plus de lien entre la paire de cuivre et les équipements « actifs » (commutateur, DSLAM…) de FT (sauf éventuellement pour le renvoi de la ligne aux essais qui dans un premier temps a continué à être assuré par le CAA).
La question de la numérotation ne pose un problème nouveau que dans le cas du dégroupage total.

En dégroupage total, les concurrents (en France) ne fournissent un service téléphonique qu’en recourant à de la Voix sur IP (VoIP) : ils n’ont pas souhaité installer des commutateurs classiques alors que la VoIP était disponible. En dégroupage partiel, un concurrent pourrait imaginer de fournir un service téléphonique en utilisant soit la préselection du transporteur, soit la revente de l’abonnement téléphonique par FT : mais ce n’est en général pas ce qui est fait. A partir du moment où le concurrent a installé un DSLAM dans le répartiteur desservant le client, il préfère couper tout lien direct entre le client et FT en lui offrant de la VoIP.

Maintenant voyons comment un client laissant FT pour un concurrent peut conserver son numéro d’annuaire. Il faut savoir que depuis les débuts de la concurrence, FT a du mettre en place le service de la portabilité des numéros fixes. Au début FT a utilisé une technique de renvoi d’appel par le CAA de raccordement initial du client, mais cela rendait la portabilité coûteuse et complexe à gérer. FT a fait développer par l’industrie un serveur de portabilité qui est interrogé par tous les CAA lors d’un appel de départ. Lorsqu’un abonné est porté, on fait correspondre dans le serveur à son numéro d’annuaire un indicatif téléphonique inutilisé du type Z0BPQ qui désigne le CAA ou bien le réseau de VoIP desservant le client : ce Z0BPQ est placé par le CAA de départ en tête du numéro d’annuaire du demandé : l’acheminement est rendu ainsi différent de celui qu’aurait le numéro d’annuaire sans cette adjonction. Cette technique est aussi utilisée par FT pour permettre à ses clients, en cas de déménagement, de conserver son numéro d’annuaire lorsqu’il sort de la zone de desserte de son CAA initial. Avec ce mécanisme, il est possible pour un abonné migrant vers un concurrent de FT de conserver son numéro d’annuaire. La machine d’arrivée reconnaissant le Z0BPQ qui la désigne considère l’appel comme se terminant chez elle, supprime cet indicatif et va voir dans ses tables comment atteindre physiquement le client appelé désigné par son numéro d’annuaire (équipements concernés, accès physique sur l’équipement etc…). Cette dernière opération nécessite une extension du fonctionnement traditionnel des CAA pour finalement pouvoir accepter comme local n’importe quel numéro d’annuaire porté.

Voilà rapidement décrit comment cela fonctionne. J’espère que cela répond à ta question sans trop embrouiller les choses.

Amitiés
Patrice Collet